International
en direct

EN DIRECT - Guerre en Ukraine: l'ambassadeur ukrainien en France "absolument certain" de pouvoir renverser la situation

L'ambassadeur d'Ukraine en France Vadym Omelchenko le juillet 2022 sur BFMTV

Les forces russes ont continué d'avancer dans le Donbass, bassin industriel de l'est de l'Ukraine qu'elles veulent finir de conquérir, avec dans le viseur la ville de Sloviansk, cible d'un bombardement qui a fait au moins deux morts

Conseil de l'Europe: des personnels russes quittent Strasbourg

Des personnels de la représentation russe à Strasbourg devaient embarquer mercredi à bord d'un vol russe et quitter le territoire français trois mois après l'exclusion de Moscou du Conseil de l'Europe, a indiqué le Quai d'Orsay.

"À la suite de l'exclusion de la Fédération de Russie du Conseil de l'Europe en mars dernier et de la fermeture de sa représentation à Strasbourg qui en a découlé, ce vol de rapatriement organisé par la Russie a permis aux personnels et à leurs familles de quitter définitivement le territoire français", selon le ministère des Affaires étrangères.

Interrogé, le ministère n'a donné aucun détail supplémentaire sur le nombre de personnes concernées, sur l'heure exacte ou leur aéroport de départ.

L'Ukraine doit lutter activement contre la corruption, estime le chef du PNUD

L'Ukraine doit, dans son propre intérêt, s'atteler à combattre activement la corruption en perspective d'un afflux massif d'aides pour la reconstruction, a estimé le chef du Programme des Nations unies pour le développement ce mercredi. Lutter contre la corruption, endémique dans le pays même avant la guerre, "empêche le vol de son propre peuple", a déclaré à l'AFP Achim Steiner, en marge de la conférence de Lugano.

Cette dernière a permis aux dirigeants ukrainiens et leurs alliés de dessiner, lundi et mardi, les contours d'une future reconstruction du pays ravagé par l'armée russe. "La corruption en fin de compte est un vol, du développement national, du Trésor et, en fin de compte, des gens du pays", a insisté Achim Steiner.

Poursuite de l'évacuation de Sloviansk face aux avancées russes

"L'évacuation est en cours. Nous sortons des gens de la ville chaque jour", a déclaré le maire de Sloviansk Vadim Liakh dans une vidéo diffusée sur YouTube. "Il reste en ce moment 23.000 habitants" à Sloviansk qui en comptait environ 110.000 avant le conflit selon les autorités, a-t-il ajouté. Et "17 sont morts et 67 ont été blessés" depuis le début des hostilités.

Dans cette cité bombardée depuis plusieurs semaines, "les infrastructures essentielles fonctionnent toujours, mais il n'y a plus de réseau central d'approvisionnement en eau depuis un mois et un tiers de la ville se retrouve régulièrement sans électricité", a souligné le maire. "Mon principal conseil : évacuez !", avait lancé mardi soir le gouverneur de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko.

L'Ukraine "prend au sérieux" les réformes attendues, assure un conseiller de Zelensky

"Nous allons prendre très au sérieux la reconstruction de l'Ukraine, la réforme de l'Ukraine", a déclaré le conseiller du président Volodymyr Zelensky, Alexander Rodnyansky, à l'AFP en marge de la conférence de Lugano, en Suisse. "C'est le message principal." "Nous voulons montrer au monde que nous avons une feuille de route, un plan qui est faisable et qui pourra être exécuté et mis en oeuvre à un moment donné", a-t-il poursuivi. "Nous voulons nous assurer d'avoir tout le soutien possible pour cela."

Présente en force à la Conférence de Lugano, l'Ukraine a affiché son engagement à des réformes profondes, ainsi qu'à transformer et reconstruire le pays ravagé par la guerre.

Une ambassade de la République populaire de Donetsk doit ouvrir à Moscou le 12 juillet

Une cérémonie d'ouverture pour l'ambassade de la République populaire de Donetsk est prévue à Moscou ce 12 juillet, peut-on lire sur le compte twitter du ministère des affaires étrangères russes. Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sera d'ailleurs présent selon ce même message.

"L'événement marquera la solidarité et le soutien à cette jeune République dans sa lutte pour l'indépendance".

Vers une attaque de la Biélorussie? "Le danger existe" déclare l'ambassadeur ukrainien en France

Interrogé ce mercredi sur la possibilité d'une attaque de la Biélorussie sur l'Ukraine, l'ambassadeur ukrainien en France a expliqué qu'il n'y avait pas de "sérénité" à ce sujet. "Nous analysons la situation, nous comprenons de qui dépend la situation. Les chances aujourd'hui je dirais sont 50/50", d'attaque ou non. Certains "signes" permettent d'avoir une idée, explique-t-il.

"Un de ces signes est que ces dernières semaines du côté de la Biélorussie beaucoup d'équipement a été ramené en Russie (...) c'est une des données qui nous donne des raisons de douter, mais le danger existe et nous y sommes prêts".

Les témoignages de soldats ukrainiens de retour du front

Olexsander, soldat ukrainien, a passé un mois à l'est sur la ligne de front près de Lyssytchansk, qui vient de tomber aux mains des Russes. Les Russes "ont un avantage considérable pratiquement sur tous les points: les moyens humains, sans parler de l'artillerie et des équipements", rapporte le soldat à notre antenne. "Avec les armes dont on disposait on avait aucune chance de garder Lyssytchansk face aux forces que la Russie a envoyées là-bas".

Eugène, qui repart combattre cette semaine, raconte être en contact avec les soldats encore au front. "Je sais qu'une partie de ma division était sous le feu hier, heureusement ils sont en vie, ils se sont retrouvés sous une pluie de roquettes, c'était difficile".

"C'est difficile de voir tous les jours à quel point les villages et les villes sont détruits, et aussi de voir les enfants qui sont restés là-bas pour je ne sais quelle raison", raconte-t-il à BFMTV.

822 personnes évacuées de Lviv en une journée, selon les autorités ukrainiennes

Le gouverneur de Lviv (ouest de l'Ukraine) Maksym Kozytsky a déclaré ce mercredi matin sur Télégram que 822 personnes avaient été évacuées de Lviv vers Przemyśl (Pologne) mardi en train. Dans la même journée, 131 personnes sont arrivées à Lviv, en attente d'évacuation.

L'ambassadeur ukrainien en France "absolument certain" que l'Ukraine peut gagner la guerre

L'ambassadeur d'Ukraine en France Vadym Omelchenko a déclaré sur BFMTV ce mercredi être "absolument certain" que l'Ukraine peut renverser la situation, "et nous espérons que cela interviendra dans les semaines qui viennent". "Nous ne faisons pas la publicité de nos succès mais je peux vous assurer qu'il y en aura".

"En ce moment nos armées ont pratiquement quitté la région de Lougansk (Donbass) mais ce que le ministre de la Défense russe a rapporté est faux, il ne contrôle pas totalement l'ensemble de la région de Lougansk, nos forces armées sont toujours là", assure-t-il, parlant de "retrait tactique". "Nous quittons la région progressivement afin de préserver notre armée et sa capacité de combattre".

L'ex-président russe Medvedev évoque le recours à l'arme nucléaire

L'ex-président russe Dmitri Medvedev a évoqué mercredi le recours à l'arme nucléaire en excluant par avance l'éventualité de sanctions prises contre Moscou par la justice internationale, à l'heure ou la Cour pénale internationale (CPI) enquête sur des crimes de guerre présumés commis en Ukraine.

"L'idée même de châtier un pays qui a le plus grand arsenal nucléaire au monde est absurde en soi. Et cela crée potentiellement une menace pour l'existence de l'humanité", a écrit sur son compte Telegram l'actuel vice-président du puissant Conseil de sécurité russe.

Gérard Larcher à Kiev vendredi et samedi

Le président LR du Sénat Gérard Larcher se rendra à Kiev ces vendredi et samedi.

Durant son séjour il devrait faire un discours devant la Rada (parlement ukrainien), avoir un échange avec le président de la Rada mais aussi avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Au programme sont prévues également une potentielle visite en banlieue de la capitale et une conférence de presse.

Les assauts russes sur Kharkiv continuent

Les assauts russes sur la ville de Kharkiv (nord-est de l'Ukraine, à la frontière du Donbass), continuent, note l'Institut pour l'étude de la guerre (ISW). "Les forces russes ont poursuivi des assauts terrestres au nord de la ville de Kharkiv le 5 juillet", note-t-il. "L'état-major ukrainien a signalé que les forces russes se concentraient sur le maintien des positions défensives et le refoulement des avancées ukrainiennes".

Les forces ukrainiennes déclarent que des assauts russes ont été repoussés sur les commuens alentours de Prudyanka, Dementiivka et Pytomnk, et que "d'intenses frappes aériennes et d'artillerie contre les infrastructures militaires ukrainiennes" sur Kharkiv et dans les territoire environnants ont eu lieu.

Consommation: la guerre en Ukraine justifie-t-elle la hausse des prix?

"En juin 2022, les prix à la consommation augmentent de 5,8 % sur un an", écrit l'Insee dans un rapport fin juin. En mai, cette hausse avait été de 5,2%. Cette inflation est en partie justifiée par la guerre en Ukraine, mais pour Michel-Édouard Leclerc - à la tête des magasins Leclerc - "l'Ukraine a bon dos", et la hausse des prix n'est pas forcément justifiée. Le ministère de l'Économie a annoncé diligenter une enquête sur le sujet.

"Il y a sur tous les maillons de la chaîne des répercussions de prix qui, en effet, sont peut-être cachées surtout que sur ces filières alimentaires on a beaucoup, beaucoup d'intermédiaires", explique à BFM Business Pascale Hébel, directrice associée chez Seaways, spécialiste de la consommation. Mais "sur des produits plus industriels le prix de la matière première pèse très peu sur le prix final et là normalement il ne devrait pas y avoir de hausse de prix aussi importante que sur un produit comme les pâtes, faites avec 80% de blé".

L'enjeu crucial des stocks de munitions dans la guerre en Ukraine

Particulièrement gourmandes en projectiles de toutes sortes, de la balle de fusil d'assaut à l'obus de 155 mm en passant par le missile de précision, les armées ukrainienne et russe se livrent à une guerre d'attrition des munitions, comme avec soldats et équipements. Objectif: durer plus longtemps que l'ennemi.

"C'est la question du moment", confirme un haut gradé européen qui a requis l'anonymat. "C'est une question de flux et de stocks (...). Ce qui caractérise un conflit de haute intensité, c'est la consommation extrêmement élevée de munitions de tous calibres".

Concernant les obus, par exemple, selon un rapport de l'institut britannique RUSI, "la Russie tire approximativement 20.000 obus de 152 mm par jour, à comparer à 6000 pour l'Ukraine". Mais si la Russie s'appuie sur une production répartie sur son territoire, avec un réseau de communications maîtrisé, l'Ukraine, elle, ne résiste que grâce aux stocks et aux usines des Occidentaux.

36.500 soldats tués côté russe depuis le début de la guerre, selon les autorités ukrainiennes

Dans son bilan quotidien, les autorités ukrainiennes déclarent que 36.500 soldats ont été tués côté russe depuis le début du conflit, ainsi que plusieurs milliers de machines militaires dont 1600 tanks, 187 hélicoptères ou encore 2648 véhicules.

Publication d'un entretien Macron-Poutine: Moscou critique une violation de l'"étiquette diplomatique"

Le chef de la diplomatie russe s'est offusqué mercredi de la publication par la chaîne de télévision France 2 d'un entretien entre les présidents français et russe, quatre jours avant que Moscou lance son assaut contre l'Ukraine. "L'étiquette diplomatique ne prévoit pas de fuites unilatérales de (tels) enregistrements", a relevé le ministre Sergueï Lavrov, au cours d'un déplacement au Vietnam.

"Je dors où je peux et je mange ce que je trouve": habitant de Kiev, il a tout perdu dans la guerre

"Je suis heureux, j'ai de quoi nourrir ma famille, mes deux enfants", déclare à BFMTV Vatalii, habitant de la capitale ukrainienne de Kiev, venu chercher de l'aide alimentaire. "Je travaillais dans un casino, je gagnais entre 500 et 700 euros par mois, et maintenant le casino est fermé", raconte-t-il.

"Quand la guerre a commencé ma femme est morte, et ma maison a été détruite dans une explosion. Maintenant je dors où je peux et je mange ce que je trouve. C'est fou, c'est vraiment fou", dit-il, expliquant ne pas "envisager mon avenir".

Vatalii, qui est pour le moment hébergé chez des amis en banlieue de la capitale, n'est pas un cas isolé, Kiev enregistre en moyenne 270 chômeurs supplémentaires chaque jour depuis le début de la guerre. Une des personnes distribuant l'aide alimentaire assure qu'il "y a beaucoup de monde, il y en a de plus en plus ces derniers temps".

La Serbie, un terrain fertile pour le prosélytisme du Kremlin

Loin de Moscou, la propagande du Kremlin a trouvé d'excellents relais en Serbie, où la haine de l'Otan et des Etats-Unis est latente, héritage entre autres de la campagne de bombardements menée en 1999 pour mettre fin à la guerre du Kosovo. Parmi les sept millions de Serbes, beaucoup se rangent du côté de Moscou dans le conflit ukrainien.

Dans de nombreux pays d'Europe, les autorités ont sévi contre les médias russes mais ils s'épanouissent en Serbie, où les médias serbes eux-mêmes répètent à l'envi les messages du Kremlin. Sous la férule du président serbe Aleksandar Vucic, le contrôle du pouvoir sur les médias serbes s'est considérablement accru ces dernières années. Les rares voix indépendantes font l'objet de pressions intenses. 

Dans les semaines avant la guerre, Informer, le premier tabloïd serbe, a chanté à longueur d'articles les louanges du président russe Vladimir Poutine. "L'Ukraine a attaqué la Russie", titrait le journal en une deux jours avant l'invasion.

Les civils appelés à évacuer Sloviansk, nouvelle cible russe dans le Donbass

Les forces russes continuaient de progresser mercredi dans le Donbass, où les habitants de Sloviansk, prochaine cible de Moscou, sont appelés à évacuer face aux intenses bombardements. "Mon principal conseil: évacuez!", a lancé mardi soir le gouverneur de la région de Donestk Pavlo Kyrylenko à l'adresse des habitants de la ville de Sloviansk, ajoutant que "pendant la semaine, il n'y a pas eu un jour sans bombardement". Il a réitéré son appel ce mercredi matin.

Il avait annoncé quelques heures plus tôt deux morts et sept blessés dans des frappes qui ont notamment visé le marché de la ville. 

L'ONU dénonce un "bilan intolérable" pour les civils

La Haute-commissaire aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a fustigé ce mardi à Genève le bilan civil "intolérable" du conflit ukrainien, avec près de 5.000 victimes civiles confirmées depuis le début de l'offensive russe il y a cinq mois.

"Les civils font les frais d'hostilités qui ne semblent pas avoir de fin", a déploré la Haute-commissaire devant le conseil des droits de l'Homme, en marge de la présentation d'un rapport sur la situation des droits humains en Ukraine.

La libération de Brittney Griner, prisonnière en Russie, est une "priorité" pour Biden

Libérer Brittney Griner, emprisonnée en Russie depuis février, est une "priorité" pour Joe Biden, a assuré mardi sa porte-parole, indiquant, de manière assez laconique, que le président avait lu la lettre poignante adressée par la star américaine de basketball féminin.

"Le président a lu la lettre", a dit Karine Jean-Pierre mardi lors de son point presse quotidien, sans s'étendre sur la réaction de Joe Biden à cette missive aux accents douloureux.

>> Notre article complet

La Lettonie va rétablir le service militaire obligatoire

Le ministre letton de la Défense Artis Pabriks a annoncé mardi la restauration du service militaire obligatoire dans un contexte de tensions croissantes avec la Russie voisine et de guerre en Ukraine.

"Le système militaire actuel de la Lettonie a atteint ses limites. En même temps, nous n'avons aucune raison de penser que la Russie va changer de comportement", a expliqué Artis Pabriks à la presse.

Bonjour à tous

Et bienvenue dans ce direct consacré au suivi de la guerre en Ukraine

BFMTV