Grand Lille

Périmètre, horaires.. Le dispositif prévu pour la Braderie de Lille 2022 dévoilé

La maire de Lille Martine Aubry a annoncé le retour de la Grande Braderie en septembre prochain.

Après trois ans d'absence, elle va enfin faire son retour. La maire de Lille Martine Aubry (PS) a affirmé ce mardi que la Grande Braderie de Lille aura bien lieu cette année, du samedi 3 au dimanche 4 septembre, malgré la reprise épidémique actuelle de Covid-19. Plusieurs dispositions ont été dévoilées par la Ville ce mardi dans un communiqué.

Une édition étendue

26 rues ou portions de rue ont été ajoutées au périmètre de la Braderie de cette édition 2022, où plus de 2 millions de visiteurs sont attendus.

Plan de la Braderie 2022 de Lille © Ville de Lille

Plusieurs dispositions ont par ailleurs été prises pour "ancrer la Braderie dans le Plan lillois pour le climat", à savoir l'interdiction de la vente et de la mise à disposition de produits à usage unique, ainsi que la possibilité de mise à disposition ponctuelle de gobelets réutilisables pour les bars et restaurants.

Des zones thématiques ont été définies. Elles comprennent notamment le circuit des brocanteurs de l’Esplanade jusqu’à la rue Saint-Sauveur en passant par le boulevard de la Liberté, le village des associations à la porte de Paris ou encore le village des commerçants à Rihour. La braderie des bouquinistes se tiendra quant à elle exceptionnellement sur la place Roger-Salengro, devant l'Hôtel de Ville.

Dans la nuit de samedi à dimanche, les restaurants et bars pourront rester ouverts en continu, quand les terrasses devront elles être fermées à 2 heures du matin. La vente d'alcool à emporter est néanmoins interdite.

"Pour l'instant, il n'y a pas de menace"

L'annonce a été faite alors que la France connaît en ce moment une nouvelle vague épidémique de Covid-19. Mais pour Martine Aubry, "très franchement, pour l'instant il n'y a pas de menace". " Ça peut inquiéter. On ne pense pas, en tout cas les experts ne pensent pas, que cela nous emmènerait au mois de septembre à une épidémie telle qu'il faille empêcher ce type d'évènement", a ajouté l'édile lors d'un point presse ce mardi matin.

Au mois de juin dernier, le taux d'incidence a fortement augmenté à Lille, comme dans toute la région des Hauts-de-France. "Nous nous gardons la possibilité, s'il n'y a rien d'autre et nous l'espérons, de pouvoir peut-être conseiller, notamment aux personnes fragiles, de mettre des masques. Mais on en n'est pas là, on attend de voir ce qu'il se passe fin août", a indiqué la maire de Lille.

Sarah Boumghar