France

Grèves, vols annulés: les voyagistes "craignent le pire" cet été dans les aéroports

Pour ce troisième été depuis la pandémie, le secteur du tourisme espère retrouver des couleurs. Mais les grèves et autres perturbations actuelles inquiètent les voyagistes français.

Les voyagistes français disent jeudi "craindre le pire" dans les aéroports cet été en raison de "la désorganisation" et des grèves qui génèrent retards et annulations de vols, et interpellent la Première ministre Élisabeth Borne.

"Alors que le pic de la saison estivale n'a pas encore commencé, ces perturbations font craindre le pire pour les vacances et les voyages des Français et des Françaises", déplorent dans un communiqué commun les Entreprises du Voyage (EDV), le syndicat des entreprises du tour-opérating (Seto) et l'APST, la caisse de garantie des agences de voyage.

Dans un courrier adressé à Élisabeth Borne, ils l'"alertent sur la situation de forte perturbation constatée depuis de nombreuses semaines dans les aéroports français et européens: annulations massives de vols de la part des compagnies aériennes, difficultés à franchir les contrôles de sécurité et les frontières de Schengen".

"Le premier problème est l'annulation massive de vols de la part de certaines compagnies aériennes", qui "entraînent des reports" réduisant le temps sur place des vacanciers français comme étrangers mais aussi "une perte sèche et un surcroît de travail pour les opérateurs de voyages", déplorent-ils.

"Il faut que les infrastructures soient à la hauteur"

Sans oublier que quand le report n'est pas possible "et que les compagnies aériennes ne respectent pas le délai des 7 jours exigé pour les remboursements, les Français se trouvent dans l'incapacité économique à organiser un nouveau projet de vacances", dénoncent les voyagistes.

Ils déplorent également "les difficultés rencontrées aux passages de sécurité dans les aéroports, obligeant les opérateurs de voyages à faire venir leurs clients trois heures avant le départ. Il semblerait que cette situation résulte des sous-effectifs des services de contrôle".

"L'ensemble de la profession s'est mobilisé depuis des mois pour répondre aux aspirations de voyages. Il faut maintenant que les infrastructures soient à la hauteur et que les vacances et les voyages des Français et des étrangers qui ont choisi la France comme destination se passent du mieux possible", soulignent les représentants du secteur.

Plusieurs mouvements de grève pour les salaires sont prévus ou déjà engagés dans les aéroports français, dont Charles-de-Gaulle et Orly près de Paris, avec à la clé de possibles retards ou annulation de vols à une semaine des vacances scolaires d'été.

Des problèmes antérieurs à la crise

Invité sur BFM Business ce vendredi, Didier Arino, directeur général de Protourisme, a dénoncé une "situation qui ne date pas d'hier".

"Même avant le Covid, quand tout allait bien dans le secteur du tourisme, nous avions déjà de gros problèmes dans les aéroports avec un sous-effectif de la police aux frontières, avec un parcours client catastrophique… ADP, de façon endémique, ne sait pas résoudre ces problèmes", affirme-t-il.

"Cela fait des années que les voyagistes et que les compagnies aériennes alertent sur ces problèmes. Autant vous dire qu’avec la reprise du trafic, le manque de personnel et les mouvements sociaux, ça donne une situation catastrophique", a-t-il ajouté.

P.D. avec AFP